Article bonus « Hanabi au Japon »

Les feux d’artifices au Japon

L’été au Japon. Si l’idée de vous retrouver comme un vieux chewing-gum sur l’asphalte ne vous fait pas peur, alors cette saison si particulière vous ravira. La raison principale ? Le plaisir de la première gorgée de bière sous un soleil de plomb  Les feux d’artifice pardi !

En effet du mois de juin au mois d’août, tout le pays profite de la saison des « hanabi ».

Cette fois encore les kanjis pour hanabi sont faciles à comprendre (on va presque finir par croire que les kanjis s’apprennent les doigts dans le nez) : 花火.

花signifie « fleur » et 火signifie « feu ». AH ! Les fleurs de feu donc.

Quelques dates

Les feux d’artifice auraient été inventés par les Chinois, au moment où de l’autre côté du globe, Charlemagne inventait l’école, c’est-à-dire au VIIIe ou IXe siècle.

Cependant l’engouement nippon pour ces fleurs de feu n’aurait démarré que bien plus tard. Le premier feu d’artifice public a eu lieu en 1733 et est organisé par un shogun de la dynastie Tokugawa, Yoshimune Tokugawa (1684-1751), de son petit nom.

Les fleurs de feu ont ainsi été lancées au bord de la rivière Sumida à Tokyo pour honorer les millions de morts, victimes de la misère et de la famine. A cela s’ajoute la volonté d’éviter toute forme de révolte politique face à la crise en divertissant les habitants. Il existe aussi aujourd’hui cette idée que les feux d’artifice permettent d’éloigner les démons ou autres divers mauvais esprits. Rien de tel que faire péter des mammouths et des clac-doigts pour être sûr de passer une bonne et heureuse année !

Oui mais ils ont quoi de spécial les feux d’artifice japonais ?

Attention, le feu d’artifice au Japon n’a globalement rien à voir avec ceux que l’on peut voir France.

Tout d’abord, le spectacle débute bien avant que le ciel ne s’embrase. Il est nécessaire de se rendre au point de rendez-vous deux heures avant pour choper le bon spot avec la vue parfaite sans trop de voisins gênants, montrer votre beau yukata si vous avez la chance d’en porter un, et enfin profiter des stands de nourriture. N.B. : quel que soit l’évènement au Japon, la nourriture sera forcément présente, voire centrale. Impossible d’échapper aux grands classiques tels quel les takoyakis, okonomiyakis, yakisobas, potato tornado, la glace pilée et la bière super fraîche !

Autre différence : la durée du spectacle. S’il faut compter cinq minutes d’effusion pour les petits villages de France lors du 14 juillet, au Japon, il n’est pas rare de voir des feux d’artifices de 2h. La durée du show dépendra évidemment du budget de la ville et donc de la taille de cette dernière. J’ai eu la chance de subir (oui, là je dis « subir ») un concours de feux d’artifice de 2h et des poussières sous une pluie battante dans la banlieue de Nagoya… bon là pour le coup, je dois avouer que j’aurais préféré que ça ne dure que cinq minutes.

Voici une courte liste (non-exhaustive bien sûr) des feux d’artifice les plus connus du Japon :

  • Le Sumida River Firework Festival : Tokyo, le long de la rivière Sumida, près de la gare d’Asakusa
  • Le Omagari National Fireworks Competition : Préfecture d’Akita, le long de la rivière Marukogawa
  • Le Osaka Tenjin Fireworks : Osaka, le long de la rivière Ogawa (stations Osakajo Kitazume, Osaka Tenmangu, Tenmabashi et Sakuranomiya)
  • Le Miyajima Fireworks : préfecture d’Hiroshima, île de Miyajima, proche du célèbre temple d’Itsukushima

 

Fireworks like flowers across the sky in Kobayashi

Pour finir…

Si vous avez la chance de visiter le Japon en été, et que vous avez des amis japonais, soyez rassuré, ceux-ci vous emmèneront forcément découvrir cette tradition estivale. C’est un peu la même idée que les cerisiers en fleurs : profiter de la douceur de la nuit, de la beauté des fleurs de feu, partager plats et boissons typiques des festivals, prendre son temps, et apprendre des insultes en japonais (la dernière proposition n’est évidemment pas obligatoire … m’enfin on sait tous que ce sont les premiers mots que l’on apprend dans une langue).

Et si vous n’avez pas d’amis japonais, alors je peux vous garantir que c’est un très bon choix d’évènement pour vous en faire 😉 !

Pendant mes sublimes années à Kobayashi, j’ai eu l’occasion de voir de nombreux feux d’artifice un peu partout, certains depuis le stand de bières d’un festival et d’autres depuis la fenêtre de mon appartement, mais le plus connu est celui du village de Suki. Il a lieu (en général) durant la première quinzaine d’août. Je recommande vivement bien sûr 🙂 !!

Attention à arriver bien à l’avance pour pouvoir se garer et pour obtenir un joli spot pour poser votre drap de pique-nique !

Voici pour ce petit aperçu sur les joies des feux d’artifices nippons, en espérant que ça vous tente !